rallyes
(Archives)

rallyes
(Archives)

Normandie 2024, 80e anniversaire du débarquement

 June 16, 2024, 9:39 a.m. par ahdf
 Vu : 1035 fois

Surtout depuis 1984, cette extraordinaire réunion quinquennale du souvenir est devenue un grand classique dans le calendrier des manifestations incontournables pour les collectionneurs de véhicules WWII. Pour le 80e anniversaire du Débarquement, ils sont venus encore plus nombreux sur cette terre de Normandie, site historique, grand lieu de mémoire. Un programme chargé s'offrait aux participants, ne laissant que peu de place à l'apathie.

Quelques facteurs sont essentiels sinon indispensables à la réussite d'une manifestation mais un seul reste toujours incontrôlable : la météo. Quelle sera notre surprise de bénéficier d’un grand soleil quasi permanent pendant plus de dix jours, sans pluie.

 Dès le début de la semaine du 3 au 9 juin, le trafic routier s'intensifie fortement : nous croisons énormément de véhicules militaires de collection au fil de nos déplacements. Toutes les nationalités sont représentées. Le mardi 4 juin, nous assistons au rassemblement de plus de 170 Harley-Davidson militaires et quelques rares Indian pour le 80th Liberators’ Run War Horse, face au Normandy Victory Museum situé à Catz, donnant lieu à un impressionnant et bruyant départ !

En route vers l’Overlord Museum à Colleville-sur-Mer, tout près d’Omaha Beach. Il vaut amplement le déplacement en raison de sa splendide présentation de véhicules trônant dans des décors dignes d'Hollywood. Pour l’occasion, les alentours du bâtiment bénéficient d’une sensationnelle présentation d'engins blindés WWII, dont de nombreux chenillés et semi-chenillés allemands accompagnés d’un nombre impressionnant d’autres véhicules allemands de la Colonne Notek. Les vedettes de cette présentation de véhicules de l’Axe sont trois chars amenés exceptionnellement par le Musée des Blindés de Saumur : un Tigre II, un Panzer IV et un Luchs qui, tous, vont effectuer des démonstrations dynamiques sous les yeux de spectateurs très surpris.

Nous poussons une pointe vers Port-en-Bessin où est amarrée une barge LCVP (Landing Craft, Vehicle, Personnel), ou Higgins Boat, appartenant à des collectionneurs espagnols. Elle est prête à prendre la mer.

Poursuivant notre périple à bord de nos braves jeeps, nous arrivons à Pegasus Bridge avec un arrêt au café Gondrée, le premier de France à avoir été libéré le 6 juin 1944 par les paras anglais qui, avec une précision et une audace extraordinaires, avaient posé deux planeurs Horsa sur l’autre rive, au nez et à la barbe des Allemands. Cette semaine, d’autres Britanniques ont pris la relève : le café est bien occupé par de nombreux bérets rouges et quelques Ecossais en kilt…

Sur la route du retour, nous tâchons d'accéder à Sainte-Mère-Eglise mais l'accès y est interdit à tous véhicules ! Un lointain parking nous est proposé mais nous refusons d'abandonner nos jeeps sans surveillance.  Nous renonçons dès lors à cette visite et nous nous dirigeons vers les zones de parachutage de La Fière. Ensuite, arrêt à Sainte-Marie-du-Mont, non loin d’Utah Beach, où le contraste est flagrant, avec un bel accueil et une ambiance décontractée ; des véhicules WWII, y compris un chasseur de chars M18 Hellcat, ont envahi le village ; les terrasses des cafés sont complètes et nus cédons à la tentation d’une dégustation d'huîtres accompagnée de cidre (bon, d’accord, ce n’est sans doute pas le duo idéal…), le tout à des prix très démocratiques. Bravo, Sainte-Marie-du-Mont, nous vous avons adopté ! Dommage pour Sainte-Mère-Eglise où je ne mettrai plus les roues ! Cinq C-47 Dakota du D-Day Squadron – dont un de la CAF (Commemorative Air Force) venu spécialement des Etats-Unis (pas peur, les gars !) – nous survolent régulièrement. Un largage de parachutistes en tenues d’époque vient d'avoir lieu à proximité. Un habitant du village nous dit avoir récupéré un parachutiste sur le toit de son garage, avec une cheville abimée ! Les largages seront émaillés d’autres blessés légers au fil des jours, jamais de blessés graves, heureusement. Ni de paras noyés dans les marais, comme la nuit du 5 au 6 juin 1944.

Le jeudi 6 juin, jour des grandes commémorations officielles en divers lieux, les routes sont bloquées et les déplacements vers les zones historiques les plus connues sont impossibles.  Néanmoins Plus de100.000 personnes se sont déplacées avec difficulté sur les sites d'Utah et Omaha, lieux des grandes commémorations réunissant des chefs d'états. D'innombrables camps de reconstitution sont installés sur les 80 km de la cote.  Une estimation rapide ? Plus de 3.000 véhicules militaires de collection sillonnent la région !

Nous décidons de nous éloigner d'Utah Beach sous un beau soleil. Guidés par un ami suisse habitant la région (merci, Patrice !), nous découvrons l’ancienne batterie d'artillerie allemande de Crasville, récemment acquise par un groupe de passionnés vosgiens. Ils ont nettoyé cet endroit oublié et abandonné depuis 80 années, dont l’annonce de vente avait été publiée sur Market Place ! Nous sommes très bien accueillis à bord de nos jeeps et Harley WLA dans ce qui est devenu un beau camp de collectionneurs. Stupéfaits, nous découvrons un planeur Waco CG-4 (Cargo Glider 4) Hadrian reconstitué à l’échelle 1/1 jusque dans les moindres détails ! Pendant ce temps, quantité de commémorations ont lieu en présence des 'grands' de ce monde. Constamment, de nombreux avions nous survolent : j'ai compté 12 C-130J Hercules américains l’un derrière l’autre !

Les déplacements deviennent de plus en plus compliqués, empêchant les évolutions de nos engins sur les routes de la liberté. Sous l'impulsion de William, nous nous rendons à Marigny-le-Lozon. Hormis l'aspect historique, nous n'oublions pas que c'est à cet endroit que nous avions installé le camp de départ pour notre Red Ball Express, le 17 juillet 2022. Ce village a beaucoup souffert de destruction lors de l'opération Cobra (1) et désire évoquer ce douloureux souvenir. Quelques véhicules US sont présents, une grande tente squad a été érigée à notre attention ; ce sera notre « hôtel » pour ces trois jours encore bien ensoleillés. Après un défilé d’environ 15 véhicules US WWII ; Une soirée "libération" est organisée sur la place du village. Belle et authentique ambiance, très réussie, avec chanteuse et musique d'époque.

Le vendredi 7 juin, visite du cimetière allemand (méconnu)) de Marigny, suivie d’un repas campagnard très sympa dans le hameau voisin de Lozon.

Le samedi 8 juin voit les premiers départs car certains ont une longue route à faire (Belgique, Hollande, Suisse, Autriche, Angleterre, Danemark, Pologne, Tchéquie,…) à bord de leurs machines historiques frappées de l'étoile blanche.

Ceux qui ont connu les commémorations du Débarquement en Normandie il y a quelques décennies (j'en fais partie) peuvent regretter le côté hyper-médiatisé du 80e anniversaire et l’exploitation outrancièrement touristique de tous les lieux historiques qui ne sont plus le reflet de la réalité car aménagés pour le grand public, parfois peu connaisseur. La multiplication des musées en a fait une industrie locale ; seuls quelques-uns sortent du lot. Les marchands locaux, les producteurs de cidre et de pommeau, et les innombrables boutiques de souvenirs de pacotille ont fait leurs choux gras…

Au-delà de l'Histoire et des commémorations de plus en plus grandioses, ce 80ème anniversaire fut certainement une grande réussite du souvenir, très diffusée par les différents médias internationaux… sauf russes puisque la Russie n’avait pas été invitée en raison de son invasion de l’Ukraine. Jamais la terre de Normandie n'avait vu autant de monde depuis 80 ans !

André WITMEUR

Photos pubmiée en ordre non chronologique) : © BMVT, André et William Witmeur, Didier Ruth, Philippe Jenaux, Patrick Vaudreville, Frank Mottoulle, Mavrick Kuypers, Alain Deza, Philippe Jarbinet, Commemorative Air Force, RDV Photo.

  1. L’opération Cobra est le nom de code de l'offensive américaine menée fin juillet 1944 dans le Cotentin pendant la bataille de Normandie afin de s'ouvrir la route de la Bretagne et d'enfoncer les lignes de défense allemandes. La réussite de cette opération, suivie de la percée d'Avranches, puis le contournement des lignes allemandes, en a fait le tournant majeur de l'offensive alliée en Normandie.

 

https://www.facebook.com/reel/345944841847990