Rallies
(Archives)

Rallies
(Archives)

Bastogne - Manhay, 73e anniversaire de l'Offensive des Ardennes (16-17 décembre 2017)

 Dec. 15, 2017, 8:43 p.m. par ahdf
 Vu : 298 fois

 

Arrêt du convoi près de la Baraque de Fraiture © Alain HENRY de FRAHAN

Les activités commémorant le « dernier coup de dés d’Hitler » ont émaillé le week-end des 16 et 17 décembre en divers endroits de l’Ardenne belge : Bastogne, Manhay, Grandmenil, Hardigny, Vielsalm,... Cette année, les commémorations et leurs dates historiques collaient parfaitement.

Le PC du BMVT, installé au gîte de Renval, a accueilli plus de 70 participants (merci à Wallis et ses collaboratrices : good job !). Des amis français et suisses sont venus en renfort. Quelques rares clubs ont évolué autour de Bastogne, tels des électrons libres. En revanche, de belles reconstitutions ont eu lieu à Grandmenil ((Manhay) et Hardigny.

Le samedi, notre convoi militaire d'un autre âge démarre afin de revisiter des lieux historiques et des villages dont les noms sont trop souvent occultés par l'aura de la ville de Bastogne, alors que de très durs combats s'y sont déroulés en décembre 1944 et janvier 1945. Par un itinéraire champêtre et historique, notre groupe motorisé de reconstitution emprunte la route longeant d'une partie de la ligne de front en décembre 1944 qui s’étire de Bastogne à Manhay en passant, entre autres, par les villages de Noville, Recogne, Foy, le Trou du loup et Grandmesnil, tous situés à la périphérie de la ville aux noix.

L'arrêt de midi pour notre convoi est organisé à Grandmenil, village situé à l’ouest de Manhay, où la jeune et dynamique association « Ardenne History Remember » est à la base de quelques belles initiatives et nous a réservé un bel accueil... involontairement dans un océan de boue collante créé par les pluies abondantes de ces dernières semaines. A deux pas de là git un char Panther qui fut « oublié » par l'envahisseur teuton ; il est en piteux état et mériterait, comme celui d'Houffalize, une restauration extérieure. Non loin de là, un musée consacré aux 75ème et 2ème Divisions d'Infanterie U.S. ainsi qu’à la 3ème Division Blindée US ouvrira bientôt ses portes.

Le staff du BMVT procède à une distribution de soupe, un geste fort apprécié par nos équipages courageux et transis de froid. Cela contribue ainsi et involontairement à recréer un peu les conditions de vie des GI 's dans ce village ardennais qui, rappelons-le, fut littéralement rasé lors des violents combats de décembre 1944 pour s’assurer la maîtrise de ce carrefour stratégique.

A 12h15 puis à 16h, une foule dense assiste à des remake de combats jalonnés d’effets pyrotechniques, ce qui confère une dimension particulière à ces spectacles. Une équipe du Journal Télévisé de la chaîne belge RTBF 1 en transmet, tant à 13h qu’à 19h30, un écho flatteur.

L'après-midi, guidés par un officier supérieur de la DNF (Département Nature et Forêt), plusieurs convois se rassemblent en un seul, très long, pour emprunter un itinéraire tracé sur des chemins empierrés d'une dizaine de kilomètres à travers bois. Satisfaction générale... et pas l'ombre d'une dégradation occasionnée !

Au retour vers Renval comme à l'aller, des chutes de neige nous auront accompagnés, permettant la réalisation de superbes clichés pour les amateurs de reconstitution.

Un pôle d’attraction s’est à nouveau révélé incontournable : la caserne de Bastogne (« Bastogne Barracks », en anglais), un lieu chargé d’histoire qui mérite invariablement un « pèlerinage ». La Base Bastogne est complètement intégrée au War Heritage Institute, l’organisme parastatal chargé de valoriser le patrimoine militaire belge (www.warheritage.be/fr). Le chef de corps, le major Pascal Catherine, en recevra la confirmation de la Défense le 18 janvier 2018. A terme, la partie restauration de véhicules sera gérée en propre par l’Institut. La partie cave McAuliffe, classée depuis peu, sera placée en concession à la Ville de Bastogne, en synergie avec le WHI. Les 69 militaires encore en service (il y en avait 100 en 2010) ne seront pas remplacés : en 2030, au fil des départs à la retraite, il n’y aura plus aucun militaire à Bastogne. A terme, le site – qui ne s’appellera plus « Base Bastogne » – ne sera plus le gardien des traditions du 1er Régiment d’Artillerie de Campagne. Au niveau des activités, les militaires devront revoir complètement la manière dont ils interagiront avec le monde extérieur, dans tous les domaines et avec tous leurs partenaires privilégiés. Ainsi, en 2018, la participation à l’organisation du Mémorial Day, de la Marche européenne du Souvenir et de l’Amitié (MESA) ainsi qu’au défilé patriotique de la Foire aux Noix sera remise en question. Les seules dates inscrites à l’agenda 2018, à côté de la participation aux événements nationaux du War Heritage Institute, seront les 15 et 16 décembre pour les Nuts Days, à Bastogne Barracks.

Bref, à Bastogne Barracks, il y avait plusieurs choses à voir : l’authentique QG du général McAuliffe, à présent superbement mis en scène avec des mannequins de grande qualité qui ont remplacé le groupe de Laurent Olivier dans l’animation en « live », le musée permanent, l’exposition de modèles réduits (que de splendides réalisations !) et, plus dans le registre du BMVT, les travaux en cours dans le Vehicle Restoration Center où l’équipe militaire effectue un travail dont la formidable réputation n’est plus à faire. Cette dernière n’en finit pas de démontrer sa grande efficacité et son utilité pour la restauration et la mise en œuvre de notre patrimoine militaire ! Les contribuables et les collectionneurs lui doivent de justes remerciements.

Philippe Jäger Elias, vêtu en Unteroffizier (sergent) de la 116ème Panzer Division, prenait la pose alternativement devant le Panther d’Houffalize en cours de restauration par l’équipe militaire et dans le Hetzer du Musée Royal de l’Armée lors des démonstrations dynamiques.

Dans un autre hangar, une mise en scène a remporté un grand succès : la juxtaposition de la célèbre photo du Sherman M4A3E2 « Jumbo » sur lequel avait été hâtivement peint « First in Bastogne », et sa reconstitution admirablement fidèle, réalisée par l’équipe militaire.

Le BMVT n'était pas présent partout en tant que tel mais certains de ses membres ont participé à l'essentiel des activités organisées en Ardenne ce week-end. Well done !

Cette année, une fois de plus, nous avons réussi notre convoi du souvenir. Merci à tous !

André WITMEUR et Alain HENRY de FRAHAN

Photos : Alain Henry de Frahan, André Witmeur, Frank Mottoulle, Joël Vause, David Penay, Olivier Berquet, Panzer Patt, Marcel Bourguignon, Vincent Vanhuysse et Gil Dupuis.