Rallies
(Archives)

Rallies
(Archives)

75e anniversaire de l'Offensive des Ardennes

 Jan. 1, 2020, 10:06 p.m. par ahdf
 Vu : 694 fois

Les commémorations de cette féroce bataille au cours de laquelle des dizaines de milliers de combattants américains et allemands - sans parler des centaines de soldats britanniques et des milliers de civils - ont été tués ont eu lieu à plusieurs endroits de l'ancien champ de bataille dans le sud et l'est de la Belgique. Des centaines et des centaines de véhicules militaires avec des reconstituteurs à bord sont venus de plusieurs pays d'Europe et  mêmedes Etats-Unis. 37 vétérans américains de la Seconde Guerre mondiale, dont certains qui ont été assiégés à Bastogne, ont également assisté aux cérémonies. Ils ont bénéficié d'une réception fantastique et émouvante partout où ils sont ensuite allés !

Tout comme les commémorations du Jour J en Normandie, une étape majeure de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale a été célébrée à une telle échelle par les autorités militaires et civiles dans plusieurs endroits qu'il était impossible de voir tout ce qui méritait néanmoins d'être vu : Bastogne, Manhay (Grandmenil), Malmedy, Baugnez, etc. Et d'autres auront lieu à Houffalize en janvier. Le secrétaire américain à la Défense Martk T. Esper et le général d'armée Mark A. Milley, chef de l'état-major interarmes, ont assisté à la cérémonie organisée au Mémorial de Mardasson, en Belgique, le lundi 16 décembre, jour même du début de la bataille de 1944. Le char Panther du musée des Blindés de Saumur et un Sherman du Musée Royal de l'Armée (WHI) décoraient l'arrière-plan.

Concentrons-nous sur ce qui s'est passé à Bastogne et dans ses environs, car la "Nuts City" (qui tire son surnom du "Nuts" historique répondu par le Général de Brigade Anthony McAuliffe, 101e Aéroportée, à l'officier allemand demandant la reddition des troupes américaines assiégées) a attiré le plus d'attention des médias, alors que cette considération aurait dû s'étendre aux villes mentionnées ci-dessus également. Le spectacle son et lumière donné samedi soir sur le mémorial de Mardasson a attiré des milliers de spectateurs. Le Bastogne War Muséeum a profité de cet événement exceptionnel. Le 101e Airborne Museum situé au Le Mess, près de la place McAuliffe, a connu un grand succès mérité.

La Caserne de Bastogne, ancienne base du 1er Régiment d'Artillerie (dissous depuis longtemps), abrite deux attractions à ne manquer à aucun prix : les caves d'où le Général de Brigade McAuliffe a géré le siège de Bastogne, et le Vehicle Restoration Center qui fait partie du World Heritage Institute (incluant le Musée Royal de l'Armée), géré par une équipe de l'armée belge dirigée par le Major Pascal Catherine. Le travail effectué par cette équipe d'experts en chars, semi-chenillés et véhicules blindés à roues de la seconde guerre mondiale est absolument remarquable, exceptionnel ! Leur dernière réalisation, achevée dans les délais impartis, a été la "star" du week-end : le "Cobra King", un Sherman M4A3E8 "Jumbo" (surnommé ainsi en raison de son blindage supplémentaire) commandé alors par le Lt Charles Boggess (37e Tank Battalion, C.O. Lt Col Creighton Abrams) qui a percé les lignes allemandes à Assenois pour entrer dans Bastogne le 26 décembre 1944. Ce char a été merveilleusement restauré en parfait état de marche. Le char d'origine se trouve aux Etats-Unis, mais on pense qu'il est en mauvais état. Ainsi, le seul Sherman Jumbo en parfait état de marche se trouve à Bastogne, son lieu d'action historique.

Le très réputé Musée des Blindés de Saumur, en France, avait prêté son authentique Panther Ausf.G. Son équipage français a effectué des démonstrations enthousiasmantes autour du hangar et lors du défilé massif sur la rue principale de Bastogne. Son Maybach V12 sonne très différemment du V8 Ford GAA équipant les Sherman M4A3, M7 Priest, M10 et M36 Jackson. Il a également participé à la cérémonie officielle au Mardasson, en compagnie d'un Sherman.

A Hardigny, au nord de Bastogne, la Task Force Booth (9ème Division Blindée) a courageusement mené des combats acharnés juste après le début de l'offensive allemande pour ralentir l'avance de la 2ème Panzer Division, permettant ainsi à la 101ème Airborne d'atteindre Bastogne où cette division s'est fait encercler avec d'autres unités restées coincées dans la ville pendant leur retraite. Seuls 225 hommes de cette Task Force purent s'échapper et rejoindre Bastogne. Cette bataille fut évoquée à Hardigny avec la participation exceptionnelle de 240 reconstituteurs (dont plusieurs du BMVT), véhicules allemands et américains de la Seconde Guerre mondiale. Les véhicules et reconstitueurs venaient principalement de Pologne et de Belgique, mais certains venaient également de France, d'Allemagne, des Etats-Unis (notamment un petit-fils de G.I. ayant effectivement combattu dans la région en décembre 1944), etc.

L'événement s'est déroulé sous le nom de l'association belge "Ardennes Memories" mais gérée concrètement par le HMRA (Historical Military Remember Association) présidée par François-Xavier Jordens, également propriétaire d'un semi-chenillé Praga OT-810 d'après-guerre superbement modifié dans un Sd.Kfz.251/9 Stummel (porte-obusier de 75mm court). L'autre association impliquée dans l'événement était The Bro, présidé par François De Togni et Michaël Laforge. La reconstitution a été financée par la ville de Bastogne, les villages de Rachamps et Hardigny, et la province de Luxembourg. Le commentaire était assuré par l'auteur de ces lignes.

Les véhicules allemands impliqués étaient un T-55 polonais superbement modifié en Panther, un authentique Sturmgeschütz III Ausf.G, un très rare Sd.Kfz.251 Ausf.C, un Sd.Kfz.251/5 Schützenpanzerwagen für Pionierzug, d'autres Sd.Kfz.251s (authentiques et OT-810s modifiés), un NSU Kettenkrad, un Steyr 1500, un Ford V3000S et un Citroën U23, des motos, etc. Du côté américain, il y avait un M18 Hellcat TD, un M5A1 Stuart, des Ford M8, plusieurs half-tracks, des GMC et des Jeep. Le scénario retraçait les événements historiques mais, bien sûr, obligeait la ùmise en scène à concentrer le spectacle sur une surface qui, bien que située dans une zone historique, ne pouvait pas refléter la réalité. Les grosses explosions et autres effets pyrotechniques gérés par une équipe polonaise ont été impressionnants. Quelque 10.000 spectateurs ont assisté à ce spectacle de reconstitution exceptionnel. Philippe Mordant, un pilote belge survolant la scène avec son Piper L-4 Grasshopper de 1943, a soudainement eu très peur lorsque son avion a été brutalement soufflé vers le haut. Il a eu besoin de quelques secondes pour réaliser qu'il avait survolé l'une des grosses explosions...

Au fait, le village de Bizory, au nord-est de Bastogne, a été le théâtre d'un aérodrome de campagne géré par le Piper Cub Ardennes 1944-2019. Malgré le temps exécrable du vendredi et du samedi (mais ensoleillé le dimanche), dix Piper J-3 Cub et L-4 Grasshopper ont survolé Bastogne et Bizory, certains d'entre eux atterrissant et décollant de l'aérodrome improvisé, remportant un grand succès.

Le grand défilé dans la rue principale de Bastogne a rassemblé des dizaines de chars suivis de dizaines de véhicules blindés et non blindés, dont deux Pacific M26 Dragon Wagon venus de France. Ce convoi a été accueilli par des milliers de spectateurs enthousiastes.

Rappelons encore une fois que Manhay et Baugnez, pour ne citer que ces deux villages historiques, ont également été le théâtre de grandes reconstitutions.

Alain  HENRY de FRAHAN

Photos © Alain HENRY de FRAHAN

 

La 101e Airborne/326 Engineers a, une fois de plus, effectué une brillante prestation, mettant en oeuvre des moyens du génie que l'ont voit trop rarement.

La "vedette" du week-end : le Sherman M4A3E8 Juimbo "Combra King".

L'armée américaine avait amené un char M1A2 Abrams et un véhicule de combat d'infanterie M2A2 Bfradley.

François-Xavier Jordens (le "GO"), Alain Henry de Frahan (commentateur), l'interprète et l'artificier polonais sur la nacelle élévatrice d'où la direction du show, le commentaire et la commande des effets pyrotechniques étaient assurés.