News

Guy Franz Arend (1927-2023) L'homme qui avait créé le Bastogne Historical Center et le Victory Memorial Museum n’est plus...

  June 18, 2023, 2:55 p.m. par ahdf
Vu : 1821 fois

Une figure éminente de la collection inégalée de véhicules militaires WW2 et de formidables musées dédiés à l’Offensive des Ardennes nous a quittés au début 2023. Comment ne pas rendre hommage à ce « pionnier » dont les ambitions et la persévérance ont comblé tant de centaines de milliers de visiteurs ? Guy Franz Arend n’est plus. Sa mémoire mérite amplement d’être saluée.

 

 

Hasso von Manteuffel et Guy Arend

Né à Bastogne en 1927, Guy Arend a donc 17 ans lors de l’Offensive des Ardennes. En 1950, à ses frais et alors encore étudiant à l'université de Liège, il crée le « Nuts Museum » au centre-ville de Bastogne, le tout premier musée au monde consacré à la Seconde Guerre mondiale, plus précisément à la bataille de Bastogne. C'était quelques jours avant l'inauguration du Mardasson, le monument américain construit près de la ville pour commémorer cette bataille acharnée. McAuliffe – le général de brigade. de la 101ème Airborne qui a dit "Nuts !" à une offre allemande de se rendre – est l'un des premiers visiteurs et apporte à Guy Arend l'aide de la division. A cette époque, seulement cinq ans après la guerre, collectionner uniformes, armes et équipements allemands – sans parler des véhicules ! – est presque impossible car de tels objets sont encore des « patates chaudes » pour la population qui a tant souffert. Guy Arend retrouve néanmoins un premier uniforme allemand, celui d'un ancien membre de la Légion SS Wallonie (l’homme avait perdu une jambe sur le front de l'Est). Plus tard, il recevra une autre pièce unique, des mains mêmes de celui qui l’avait porté pendant l’Offensive des Ardennes : le manteau en cuir du général Hasso von Manteuffel !

Lors de sa deuxième visite au Nuts Museum, le général McAuliffe propose à Guy Arend d'ouvrir un nouveau musée à côté du Mardasson, un projet qui va déclencher une "guerre" de 25 ans à Bastogne, cette fois entre Guy Arend et les pouvoirs publics de la ville qui s'opposeront inlassablement aux vues du précurseur qu’est Guy Arend. Jusqu'à ce que ce dernier propose à la ville de l'intéresser financièrement au fonctionnement du musée ! Ainsi est créé le magnifique Bastogne Historical Center (BHC) en forme d’étoile (une idée révolutionnaire de Guy Arend) au bord du Mardasson, notamment grâce aux fonds du Commissariat au Tourisme.

Entre-temps, Guy Arend a enrichi sa collection unique et créé le Musée de la Bataille des Ardennes à Spa, le Musée de l'Offensive à La Roche-en-Ardenne et le Musée de la Guerre à Carentan (Normandie).

Si quelques véhicules militaires commencent à apparaître dans la collection de Guy Arend et sont exposés au BHC, ils n'attirent pas encore son intérêt principal. Cela change à l'été 1978, lorsque Peter Gray, le leader anglais historique de la collection de véhicules militaires, conduit un convoi vers Bastogne et, en coopération avec Guy Arend, organise une simulation de combats près de la ville, une reconstitution qui est soit très critiquée, soit louée dans la presse. Cet événement marque la première présence importante de véhicules militaires WW2 en Belgique où des clubs de collectionneurs commencent alors à se créer.

Les premiers véhicules militaires achetés par Guy Arend proviennent de Grande-Bretagne, l'idée étant de constituer une collection inédite de véhicules utilisés par toutes les forces combattantes impliquées sur le théâtre d'opérations européen (ETO). Guy Arend a remarqué que les musées existants (Bovington, Saumur, Patton, etc.) n'exposent alors presque que des chars et autres véhicules blindés (cela a changé depuis). Dès lors, pour offrir un spectacle original aux visiteurs, historiens et collectionneurs, Guy Arend concentre ses recherches sur les véhicules non blindés ou légèrement blindés. Un but particulier est de présenter une collection unique de semi-chenillés allemands représentant toute la gamme des catégories de poids, un objectif audacieux qu'il finira par atteindre, au grand étonnement – et à l’émerveillement – de tous les connaisseurs.

Guy Arend a organisé un vaste réseau européen de prospecteurs en s'appuyant sur ses relations personnelles accumulées à divers niveaux dans de nombreux pays, jusque et y compris des têtes couronnées, des généraux, des diplomates, etc. Au fil de dix années, l'impressionnante liste de véhicules jugés pertinents est retrouvée dans diverses conditions (parfois des épaves très incomplètes), transportée dans ses ateliers en Belgique ou en France, restaurée (à différents niveaux) et le Victory Memorial Museum est conçu puis construit pour abriter cette « caverne d’Ali Baba ». Ce musée est l'aboutissement suprême de la carrière de Guy Arend en tant que collectionneur majeur dans le monde. À la fois critiqué et loué, il est devenu un acteur incontournable de la collection d'objets militaires.

Le Victory Memorial Museum, dont l’existence sera douloureusement trop brève pour cause de non-respect de certaines conditions d’exploitation par les pouvoirs publics, ouvre ses portes à Messancy, près d’Arlon, en 1990 et devient immédiatement un enchantement pour le public, principalement les dizaines de milliers de collectionneurs qui le visiteront : des dizaines de véhicules y sont exposés de manière unique pour être visibles sous différents angles (avantage très rare !), tandis que d'autres sont présentés dans quatre scènes admirablement peintes par deux artistes belges, Michel Nivarlet (célèbre collectionneur de Harley-Davidson et membre du BMVT) et Jacques Hubbrechts (lui aussi « harleyiste ») . Les scènes représentent merveilleusement la campagne d'Afrique du Nord, le Jour J, la Libération à la frontière belgo-néerlandaise et la Bataille des Ardennes. Guy Arend apporte un soin inouï aux détails qui comblent les connaisseurs. Un grand film composé d'une sélection captivante d'archives américaines, britanniques, allemandes et italiennes est projeté.  Un savant choix de scènes montrant les mêmes véhicules et uniformes que ceux exposés au musée a présidé aux travaux (une technique déjà utilisée au Bastogne Historical Center). Certains vétérans sont émus aux larmes en le visionnant.

Le VMM ferme ses portes en 2000. Tristesse infinie… L’essentiel de la collection est acheté par Dean Kruze pour son musée à Auburn, en Indiana, avant d’être dispersé. Certains véhicules se trouvent aujourd’hui au MM Park France situé en Alsace, à La Wantzenau. Quelle chance !

Guy Arend s’est retiré du monde de la collection et des musées dédiés à cette période de l’Histoire qui lui était si chère. Après des années de retraite discrète à l’étranger, il a quitté notre monde, laissant le souvenir d’un pionnier visionnaire qui aura comblé un nombre incalculable de passionnés des véhicules militaires et de l’Histoire de la 2ème guerre mondiale. Tous ceux et celles qui ont visité ses musées en conservent un souvenir à jamais empreint de nostalgie. Heureusement, son exemple est suivi et magnifiquement « débordé » par d’autres créateurs en divers endroits du monde, depuis les Ardennes jusqu’aux Etats-Unis en passant par la Normandie et l’Alsace. Merci infiniment, Guy !                  

Alain HENRY de FRAHAN